+41(0)79 342 50 92
ROMPRE LE SILENCE

Written by Marion Aufseesser

3 April 2020

Cher lecteur,

Encore une fois, merci d’être avec moi ! Je me rends compte que tout le monde est inondé de nouvelles, de propositions, etc. Je ne considère donc pas comme acquis que vous preniez votre temps pour me lire.

Nous terminons notre troisième semaine de travail en mode confinement COVID-19 à Genève, en Suisse.

Chaque pandémie change profondément la société.

Découvrez ce que Fabrice D’ALMEIDA et Yuval HARARI ont à dire sur la pandémie actuelle et l’histoire des pandémies.

Il est trop tôt pour dire ce qui va changer après COVID-19…pour de bon.

Comment vous sentez-vous en ce moment ?

“Je ne pense pas qu’on puisse généraliser ce qui va changer. Peut-être que des changements se produiront en fonction des différentes cultures mondiales, de nos personnalités et nos propres valeurs.

Je pense que nous avons déjà tous changé. Pour de bon ? Retournerons-nous dans le passé ? Jusqu’à quel point ? L’avenir nous le dira.

Après trois semaines de confinement, je trouve qu’il y a une qualité de silence dans la ville, ou plutôt dans la banlieue où j’habite, à 10 minutes en voiture du centre de Genève.

Il n’y a pratiquement pas de circulation.

J’habite près de l’aéroport : là encore, il n’y a pratiquement pas de trafic aérien. Peut-être un vol toutes les 40 minutes. En général, un avion toutes les 2 minutes.

ROMPRE LE SILENCE

Qu’est-ce qui brise le silence de nos jours ?

Les voitures de police et les ambulances.

Et même celles-ci semblent être devenues assez rares de nos jours.

Chaque soir, les gens à leurs fenêtres tapent des mains, remerciant ceux qui travaillent encore. Et pas seulement le personnel médical.

Les spécialistes de la santé mentale appellent à protéger le personnel médical en respectant les règles : Rester chez soi ; ils nous disent que saluer le personnel médical comme des HÉROS n’est pas une si bonne idée que les HÉROS, par définition, ne devraient pas se plaindre.

Le personnel médical devrait cependant pouvoir dire : “Arrêtez – j’ai besoin d’une pause !

Il est donc contre-productif de les appeler HÉROS car cela ne leur permet pas de suivre la courbe émotionnelle dont j’ai récemment parlé. Les HÉROS n’ont pas de pauses. C’est pourquoi nous ne devrions pas les appeler ainsi, mais des gens extraordinaires, en fait, tous ceux qui continuent à faire tourner notre société pendant que nous sommes confinés.

Tous ceux qui s’occupent des patients COVID-19 ou d’autres personnes qui s’occupent de maintenir nos infrastructures en état de marche sont comme nous : des êtres humains, avec des émotions.

Ils n’ont pas de boutons rouges sur lesquels ils peuvent appuyer sur STOP et ne rien ressentir.

Ils peuvent même ressentir plus d’anxiété et de peur que nous, assis dans nos maisons, bien que confinés mais seulement avec une liaison télévisuelle vers les services de soins intensifs ou tout autre endroit où nous pourrions être confrontés au virus, que ce soit dans les transports publics, dans un magasin ou à la poste.

MA ROUTINE

Après quelques semaines d’enfermement, je peux dire sans me tromper que j’ai une routine bien définie. Je me lève à mon heure habituelle et je suis à mon bureau à 9 heures du matin. Les seules différences à l’heure actuelle sont que mon mari (de 35 ans) travaille également à la maison et que nous nous occupons à peu près des tâches à faire avant de commencer notre journée.

Nous avons la chance d’avoir deux postes de travail distincts. J’ai gardé mon bureau et mon mari a trouvé son propre endroit préféré.

Nous déjeunons ensemble, ce qui est une nouveauté.

En fin d’après-midi, nous essayons généralement de faire une pause santé et d’aller faire une bonne promenade.

Encore une fois, nous avons de la chance et faisons de ces promenades des “safaris urbains” en essayant de faire une autre promenade chaque jour et en essayant de découvrir à chaque sortie de nouveaux endroits.

J’envoie chaque jour une photo QUIZZ de ces promenades à certains groupes d’amis. Ils peuvent deviner où nous étions, c’est une façon de briser la journée pour ceux qui ne peuvent pas sortir du tout.

C’est à nouveau vendredi.

La semaine dernière, je vous ai invité à commencer le week-end en faisant quelque chose de spécial.

Aujourd’hui, je vous invite pour la quatrième semaine à réfléchir à un hobbie, ou à un projet de maison que vous avez toujours voulu faire mais que vous n’avez jamais eu la chance de réaliser. C’est le moment ! Ou bien commencez à acquérir une nouvelle compétence, qu’elle soit liée au travail ou plus personnelle, à vous de décider ! L’idée est de garder un emploi du temps organisé et équilibré. Gardez les activités de la semaine équilibrées comme vous le feriez pour votre nourriture !

Restez à la maison, mais restez en contact avec moi et avec les autres pour nous dire ce que vous faites pour rester en sécurité, pour vous sentir bien et peut-être même pour vous épanouir.

Prenez soin de vous

Marion