+41(0)79 342 50 92

Gratitude

La gratitude consiste à accepter et à apprécier les émotions positives.

Nos vies sont faites de bons et de moins bons moments. La vie peut être comparée à un jouet d’enfant, le yoyo. Un yoyo monte et redescend. Parfois, des nœuds se forment dans la ficelle. Dans la vie, ces « noeuds » sont les obstacles que nous rencontrons. Ils peuvent être internes, comme les problèmes de santé, ou externes, c’est-à-dire les situations dans lesquelles nous nous trouvons et auxquelles nous devons faire face. Aujourd’hui, le mantra du bonheur fait qu’il est difficile pour les gens d’accepter les hauts et les bas normaux. Le bonheur n’est pas le but. C’est la capacité d’adaptation qui nous apporte la sérénité, je crois !

Un enfant sait généralement instinctivement quoi faire quand son yoyo se met dans le pétrin. Mais en tant qu’adultes, nous ne savons pas toujours comment réagir lorsque les « nœuds de la vie » apparaissent. Devons-nous continuer à essayer ou nous arrêter pour demander de l’aide ?

La deuxième attitude est souvent plus bénéfique. Imaginez un instant que vous êtes en train de rouler dans votre voiture. Vous êtes pressé parce que vous êtes en retard. Vous arrivez à un carrefour. Il y a des piétons qui attendent pour traverser la route.

Vous pourriez bien sûr faire semblant de ne pas les avoir vus et continuer à rouler. Ou bien vous pouvez vous arrêter et les laisser passer. Pour vous remercier de votre conduite consciencieuse, ils vous feront probablement un petit signe de remerciement ou un sourire. Si vous choisissez cette option, vous adoptez une attitude positive. Cela vous donnera l’énergie nécessaire pour affronter et surmonter les problèmes qui se présenteront plus tard dans la journée.

La vie nous offre souvent des cadeaux. Certains peuvent être modestes, comme un sourire, un mot gentil ou une faveur. Mais ils peuvent aussi être extraordinaires. Nous devrions apprendre à les apprécier et à en profiter.

Nous rencontrons tous des gens qui semblent être accablés par la malchance. En dépit de problèmes de santé, de soucis financiers ou de problèmes dans leur vie professionnelle ou privée, certaines personnes parviennent toujours, d’une manière ou d’une autre, à rester positives. Ces personnes sont une source d’inspiration pour tous ceux qui les entourent.

« Comment font-ils face quand une chose après l’autre semble aller mal ? La vie ne doit pas être facile pour eux ! »

Ils savent probablement comment profiter de chaque dernier rayon de soleil à travers les nuages. C’est ce qui les aide à progresser.

 

Lâcher Prise

Lâcher prise, c’est accepter ses limites, admettre qu’on ne peut pas tout contrôler et qu’on ne peut pas toujours trouver seul les clés de toutes les portes verrouillées. C’est aussi reconnaître que le point de vue de quelqu’un d’autre peut apporter un éclairage nouveau sur un problème auquel vous êtes confronté. En lâchant prise, vous vous ouvrez à d’autres personnes et vous montrez disposé à accepter leurs idées et leurs suggestions.

Voici quelques phrases que vous pourriez entendre ou dire. Il est facile de déterminer si elles font référence à un succès (cercle vertueux) ou à un échec (cercle vicieux).

CERCLES VERTUEUX

Je peux me débrouiller. Je peux le faire.

Même si je n’y arrive pas, au moins j’aurai essayé. Je ferai de mon mieux.

Je sors et je rencontre d’autres personnes. J’ai déjà parcouru un long chemin. Je me sens bien dans les choses.

Essayer est plus important que réussir.

Je vais persévérer.

CERCLES VICIEUX

Je n’y arriverai jamais. Je n’y arriverai pas.

Je ne vais même pas essayer.

Je m’isole, je me cache. Je suis inutile.

J’ai honte.

J’ai trop peur de l’échec. J’abandonne.

La liste peut s’étendre à l’infini. De quel côté êtes-vous ?

Êtes-vous un combattant (un « gagnant ») ou un défaitiste (un « perdant ») ?

Avez-vous vos propres phrases utiles, c’est-à-dire vertueuses, et destructives, c’est-à-dire vicieuses ?

Des conseils :

Si vous êtes naturellement une personne négative et « destructrice », pensez à quelqu’un que vous connaissez et qui a tendance à être plus positif et « constructif ». Qu’écrirait-elle à la place de vos phrases négatives ? Que pouvez-vous apprendre d’elle ? C’est l’apprentissage par l’imitation.

Quel étrange vocabulaire !

Les personnes atteintes de PEP (Pensées Espérées Positives) sont énergiques et enthousiastes. Elles ont des pensées positives et attendues, qui nous aident à voir que des portes vont bientôt s’ouvrir pour nous. Les PEP nous font avancer dans la recherche de solutions.

Lorsque nous avons des PAN (ou des Pensées Automatiques Négatives), nous sommes pris dans un cercle vicieux. Notre moteur est à l’arrêt et nous n’avons aucun moyen de le faire redémarrer. Nous sommes sortis de la voiture et nous tournons simplement en rond, sans pouvoir faire quoi que ce soit pour la remettre en marche.

Nous vivons presque tous des moments où rien ne se passe comme nous le voulons.

« Ma société est dans une mauvaise passe. Beaucoup d’employés vont se faire licencier… Si je suis l’un d’entre eux, je suis sûr que je ne pourrai jamais trouver un nouveau travail… à mon âge… avec le même salaire ! Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ? Je ne serai jamais capable de faire face ! »

Quel chemin prendre : PEPS ou PANS ?

LA TRANSFORMATION DES PENSÉES NÉGATIVES AUTOMATIQUES EN PENSÉES POSITIVES ATTENDUES

 

Il y a quelques temps, un homme appelé Henry, âgé de 40 ans, est venu me voir. Il cherchait un emploi. Il était très inquiet après avoir reçu plusieurs réponses négatives à ses demandes. Le matin même, il avait reçu un message d’une entreprise qui avait postulé pour un poste de consultant en informatique. Il avait déjà eu un entretien et savait qu’il pourrait être invité à en passer d’autres. Le message était le suivant :

« Ici Mme X, responsable des ressources humaines. Pourriez-vous me rappeler à ce numéro vers 17 heures ? C’est important ».

Henry commence à avoir des pensées négatives. « Elle m’appelle pour me dire que je n’ai pas le poste… »

En fait, il y avait plusieurs postes vacants au sein du département informatique, dont un était urgent. Mme X a voulu savoir si Henry serait disponible pour rencontrer le chef de service dans les prochains jours.

Analyse de la réaction d’Henry

Le mot « important » a rendu Henry inquiet. Il était trop inquiet pour prendre du recul et analyser ce que le message pouvait signifier. Au lieu de voir le verre comme à moitié plein, il le voyait comme à moitié vide.

Que pouvons-nous en déduire ?

Henry ne peut pas voir au-delà de sa propre situation. Il ignore que d’autres facteurs peuvent entrer en jeu (quelqu’un qui quitte le service par exemple).

Il se rend compte qu’il se dit toujours : « Qu’est-ce qui pourrait encore mal tourner ? Il pense que tout ce qu’il tente de faire se soldera par un échec.

OUI, JE VEUX CHANGER, MAIS COMMENT ?

Les PANs sont extrêmement puissantes. Elles nous submergent et nous avons tendance à les accepter au pied de la lettre. Chaque fois que vous faites l’expérience d’une PAN, notez ce que vous ressentez. Essayez de comprendre pourquoi vous réagissez de cette façon. Pensez à une situation passée que vous avez eu du mal à gérer. Comment avez-vous réussi à la résoudre ? Si vous vous jouez un petit film de l’événement dans votre esprit, vous vous retrouverez bientôt à réfléchir :

« Pourquoi diable me suis-je autant énervé à propos de cette interview ? Ce n’était pas si mal après tout !

En travaillant dans votre esprit et avec l’aide de votre entourage, vous pourrez recharger vos batteries et vos PANs se transformeront progressivement en PEPs